De Munck, Jean, and Bénédicte Zimmermann (Eds.) (2008). La liberté au prisme des capacités Editions EHESS Paris

L’Approche par les capacités est un programme de recherche désormais important en économie et en sciences du développement. Autour de son initiateur, Amartya Sen, une communauté épistémique internationale en approfondit les intuitions pour éclairer des problèmes aussi divers que celui des indicateurs macro-économiques, de la pauvreté, des rapports de genre, du sous-développement. Une discussion de ses principes est devenue nécessaire dans le champ des sciences sociales. Contre les lectures réductrices, les auteurs de ce volume restituent aux concepts-clefs de l’Approche par les capacités leur densité et leur complexité. Les concepts de « capacité », « liberté réelle », « base informationnelle », « facteur de conversion », « accomplissement », sont exposés et expliqués sous différentes facettes. Une réflexion critique est menée sur leur cohérence et leur pertinence dans diverses problématiques. A l’appui de cette réflexion sont par ailleurs présentées des applications de l’approche. La question des indicateurs économiques et sociaux est mise en discussion, en tenant compte de la spécificité du contexte européen. Des domaines empiriques comme les politiques publiques, le travail ou les directives sociales sont convoqués comme lieux de mise à l’épreuve de ce programme. De cette discussion ressort une version dynamique et innovante de l’Approche par les capacités. Il en résulte une nouvelle économie politique qui fait des droits humains réels une valeur cardinale et qui accorde à la question des institutions une importance décisive. A l’horizon de la construction des indicateurs de développement, c’est la situation des personnes singulières qui importe ; dans le processus de démocratisation, c’est la participation des groupes les plus vulnérables qui retient l’attention. Il y a assurément là matière à bousculer les acceptions établies de la liberté en économie.